image_pdfimage_print

Rien de tel pour comprendre le lien entre les plateformes de livraison de repas et le trottoir (ici et la vidéo ici) que de devenir nous-mêmes chauffeur Deliveroo. On aurait pu choisir Uber Eats ou Just Eat (on pourrait d'ailleurs cumuler), mais la récente introduction en Bourse de Deliveroo (malgré son aspect "floperoo") nous a paru un bon élément de choix.

Rien que la démarche d'inscription est intéressante.

Les démarches pour obtenir le statut d'"indépendant" sont expliquées ...

... et il nous est demandé quelle est notre activité principale.

On peut également choisir la langue dans laquelle on souhaite communiquer avec la plateforme...

... mais deux "épreuves" de compréhension de français doivent être franchies.

On peut choisir sa zone de livraison.

La reconnaissance faciale et vocale est utilisée pour vérifier que personne n'usurpe notre identité :

L'équipement doit être acheté.

On a un peu hésité sur la taille.

Des tutoriels sont proposés pour savoir comment livrer.

De nouvelles fonctionnalités sont proposées pour "gagner de l'argent à son rythme"...

et "profiter de conditions tarifaires exceptionnelles"...

.... qui se fondent notamment sur le #temps-réel :

Et voilà ! Notre inscription est terminée.

Mail reçu ce matin : nous sommes sur la liste d'attente :

"Nous nous efforçons de réguler le nombre de livreurs partenaires sur la route afin d'avoir assez de commandes à vous confier. C'est pourquoi votre inscription ne peut pas toujours être immédiatement acceptée. Il est inutile de démarrer une nouvelle inscription.

Une fois votre inscription confirmée, nous vous enverrons un contrat de prestations de services par e-mail, à l'adresse que vous nous avez fournie.

Si nous n'avons pu donner suite à votre inscription dans les deux prochains mois, nous vous en informerons par e-mail et nous vous inviterons à vous réinscrire".

Et si, en attendant, et pour la première fois, nous nous faisions livrer un repas par Deliveroo ?

 

NB du 13 avril : Sur les conditions tarifaires, il faut lire la newsletter de ce matin de 15marches : "Programmée pour adapter en permanence les tarifs au rapport offre/demande, la technologie peut être “trompée” en cas d’action concertée des utilisateurs : les chauffeurs éteignent tous en même temps l’application, ce qui crée artificiellement un manque d’offre et fait augmenter les tarifs. En se garant près de lieux à forte demande (théâtres, aéroports,…c’était avant le COVID souvenez-vous), ils s’assurent une augmentation substantielle des courses dès qu’ils réouvrent l’application, le temps que l’algorithme se remette à jour".

image_pdfimage_print

Commentaires

Laisser un commentaire