1

Du mobilier mobile pour la ville en mouvement !

Repérée via l’article de Jean-Louis Fréchin dans les Echos du 2 novembre 2021 (« Du mobilier mobile pour la ville en mouvement » – Les Echos – 2 novembre 2021), la proposition The Urban Collëctif (Citroën, Accor, JCDecaux) illustre la floraison à venir de nouveaux objets dans l’espace public. “Ce collectif innovant propose une plateforme électrique générique qui permet de positionner, déplacer et d’opérer des « pods » dédiés à différents services et usages, dont un abri navette JCDecaux qui est un objet hybride entre abribus, navette de transport et architecture mobile. Les autres usages possibles sont infinis : container de logistique, atelier d’artisan, kiosque, commerces spécialisés, micro-marché, etc. On peut imaginer également d’autres dispositifs temporaires. Ce modèle d’équipement public temporel et mobile permettrait une construction de la ville plus rapide, plus fine et plus économe ».

“Tout est basé sur une plate-forme de mobilité autonome et électrique : The Citroën Skate. Des Pods dédiés peuvent se poser dessus et offrir des usages et services très différents les uns des autres. Pour faire simple, Citroën propose la base roulante et des acteurs économiques, publics ou privés, peuvent ajouter l’habitacle de leur choix. Fluidifier la ville, la rendre plus agréable et plus humaine, c’est ce que promet Citroën Autonomous Mobility Vision. The Citroën Skate est le support, le vecteur de la mobilité. Le Pod s’arrime sur The Citroën Skate, pour que ses utilisateurs bénéficient du service de leur choix, à la demande. Citroën estime que cela pourrait au minimum fluidifier le trafic de 35% minimum”. (source : LeNomade).

Voir la vidéo :

 

A noter que cette approche rejoint celle proposée par Nicolas Nova dans le cadre du travail Rues de demain pour la Métropole de Lyon.

 

Voir aussi notre billet : 10 m2, nouvelle métrique de l’esthétique parisienne ?