1

Pourquoi une Université de la Ville de demain ?

Un grand merci à Bertrand de Feydeau (Fondation Palladio) et Cécile Maisonneuve (La Fabrique de la Cité) pour leur invitation à participer jeudi et vendredi derniers à la première “Université de la Ville de demain”.

Stimulantes interventions, riches rencontres et groupes de travail, poétique évocation par Jean-François Zygel de “ses sept villes”… tous les ingrédients étaient réunis pour un moment rare.

Nous reprenons ci-dessous le billet de Cécile Maisonneuve qui revient sur cet évènement dans sa newsletter de ce jour :

“A Chantilly les 8 et 9 juillet, plus de 150 décideurs, publics comme du monde de l’entreprise, chercheurs et scientifiques, représentants de la société civile se sont réunis pour s’engager en faveur de la construction d’une ville bas-carbone pour tous.

Cette première Université de la ville de demain (UVD), ce furent 24 heures lors desquelles ils ont dit leurs convictions, fait part de leurs interrogations, ouvert un dialogue riche, proposé des solutions pour habiter ou financer cette ville que nous devons transformer ou construire comme pour en réduire les émissions indirectes (car oui, à l’UVD, on n’a pas peur du scope 3 !). Ce projet est né d’une rencontre entre la Fondation Palladio et La Fabrique de la Cité : la première fois que nous avons esquissé ce projet voici bientôt deux ans avec Bertrand de Feydeau, président de la Fondation Palladio, nous nous sommes dit que nos villes méritaient et avaient besoin de cette vision partenariale et ambitieuse.

Pourquoi des invités exceptionnels ont non seulement répondu « présents ! » mais ont dit oui aux engagements de la charte de l’UVD comme à la démarche innovante de make.org visant à faire réagir collaborateurs de leurs organisations (entreprises, collectivités publiques) et, plus largement les citoyens ? Pourquoi l’envoyé spécial du Président Biden pour le climat John Kerry, en chemin pour rencontrer le président russe à Moscou, s’est-il arrêté à Chantilly pour dire aux dirigeants assemblés sa conviction qu’il fallait agir, accélérer et réaffirmer sa conviction que nous parviendrons à relever le défi si nous nous en donnons les moyens ? Les événements extrêmes – dômes de chaleur, inondations en Belgique et Allemagne – parlent d’eux-mêmes. L’autre raison concerne la pièce manquante de l’édifice : les objectifs ambitieux présentés hier par la Commission européenne rappellent en creux que les politiques visant à construire l’acceptation sociale des mesures à prendre n’existent pas pour l’instant. La France en a fait la douloureuse expérience et les Gilets jaunes sont dans tous les esprits, bien au-delà de nos frontières. Nous savons quoi faire. La question du « comment le faire » reste entière et c’est à ce chantier difficile que l’UVD a commencé à s’atteler.” – Cécile Maisonneuve, Présidente de La Fabrique de la Cité