1

Mort d’un typographe

Ce n’est pas tous les jours qu’une nécrologie est consacrée à la mort d’un typographe. En l’occurrence, il s’agit de celle de Mike Parker, “grand typographe dont le nom est attaché à la police de caractère Helvetica, qu’il a modifiée et popularisée”.

140227211306-parker-helvetica-horizontal-large-gallery.jpeg, déc. 2016

Extrait de l’article du Monde :

La famille de Mike Parker, né à Londres le 1er mai 1929, s’était installée aux Etats-Unis en 1942. Sept ans plus tard, son père meurt dans l’explosion d’un avion dans lequel un homme avait placé une bombe pour tuer sa femme. Après des études d’architecture et de design graphique à l’université de Yale, dont il sort diplômé en 1956, Mike Parker entre à la Mergenthaler Linotype Compagny en 1959. D’abord assistant du typographe Jackson Burke, il est nommé deux ans plus tard directeur de la création. Chez Linotype, qui a révolutionné la composition au plomb en fondant avec ses machines le texte par lignes entières et non plus lettre par lettre, Parker est alors chargé d’enrichir la collection de polices de caractères disponibles, ce qui nécessite pour chaque fonte un important et laborieux travail d’adaptation technique.

Admirant tout particulièrement le style simple et lisible de la nouvelle typographie helvétique d’après-guerre – dont il disait « vous dessinez les contours et vous laissez le noir tomber où il veut » –, il porte son choix sur la Neue Haas Grotesk. Une police dite en anglais sans serif (sans empattements sur les terminaisons des caractères) créée en 1957 par les typographes suisses Max A. Miedinger et Eduard Hoffman pour le compte de la Type Haas Foundry. Parker et son équipe partent des dessins originaux de Miedinger et Hoffman pour les retravailler et les adapter à la Linotype. La fonte doit en effet être assez notablement simplifiée et rationalisée dans son dessin dans la mesure où le système de matrices utilisé par Linotype impose certaines limitations matérielles. Au passage, il en profite pour enrichir la fonte avec les alphabets hébreu et grec. Cette version modifiée de la police prendra finalement le nom d’Helvetica, considéré comme plus commercial que Neue Haas Grotesk pour le marché international. L’Helvetica deviendra au gré des ans un véritable standard typographique, que l’on retrouve utilisé un peu partout, dans des magazines, des livres, dans la signalétique du métro de New York, dans d’innombrables logos de marques ou d’entreprises (Microsoft, Toyota, Jeep, American Apparel, etc.), ou encore pré-installée sur pratiquement tous les ordinateurs… et jusque sur l’Internet où elle est l’objet d’un véritable culte chez nombre de webdesigners.

Après l’Helvetica, Parker présidera pendant deux décennies à la création de plus d’un millier de fontes pour le compte de la Linotype (la légende veut que le chiffre exacte soit de 1100). Il saura à de nombreuses occasions s’adjoindre le concours de grands noms de la création typographique comme Matthew Carter, Adrian Frutiger ou Herman Zapf. Mais surtout il met en place une méthode de développement typographique distribué, mettant à contribution les compétences des cinq entreprises qui composent le groupe Linotype au niveau international.

Car Parker n’est pas seulement un typographe passionné. C’est aussi un visionnaire, qui a l’intuition des mutations à l’œuvre dans les arts graphiques. A la fin des années 1970, avec l’arrivée de la photocomposition, il comprend que le temps des systèmes lourds comme la Linotype est révolu, et que la typographie doit désormais se concevoir et se commercialiser en tant que telle, de façon indépendante du matériel. Il fonde en 1981, avec Matthew Carter, la société Bitstream, toute première fonderie numérique qui, après son départ, sera en 2000 à l’origine de la création du site MyFonts, premier marché en ligne de polices numériques.

Source : Mike Parker – Le Monde – 5/3/2014 et Mike Parker (1929-2014), typographe américain, « pape » de l’Helvetica – LeMonde.fr – 3/3/2014