1

Culture : “le privé a pris le pas sur le public”

Le Monde s’interroge sur la forte diminution du budget culturel initiée par le gouvernement. A cette occasion, il constate deux évolutions majeures : la privatisation de la culture et le transfert du pouvoir de l’Etat aux collectivités territoriales.

“Car le champ culturel a en effet changé. En quinze ans, son centre de gravité s’est déplacé. Internet a affolé les boussoles, déplacé les frontières. Du public au privé, du national au global, du réel au virtuel. Aujourd’hui les géants de la culture ne s’appellent plus le Louvre, le Metropolitan Opera à New-York ou la Royal Shakespeare Company en Angleterre, ni même Universal Music ou Columbia Pictures, les majors américaines.

inside amazon, nov. 2012

Au coeur de la distribution de produits culturels trônent Amazon et ses livres, Apple et sa musique en ligne, Google et ses vidéos, ses films, son musée virtuel. Des firmes qui, il y a encore quinze ans, ne pesaient rien dans le secteur, quand seulement elles existaient. L’obsession de la ministre “de la culture et de la communication” n’est plus les artistes ni même la démocratisation culturelle mais les industries culturelles : tout ce champ sur lequel le ministère n’a que peu de prises tant il a été investi par des entreprises privées, parfois tentaculaires, aux règles et aux valeurs bien éloignées des siennes”.

On a apprend aussi que : “Sur les quelque 10 milliards de dépense publique annuelle consacrée à la culture en France, l’Etat en alloue 3 quand les collectivités en accordent presque 7”.

Source : “La gauche a-t-elle trahi la culture ?” – Le Monde – Samedi 17 novembre 2012