Ce billet, ainsi que plusieurs billets suivants, a été écrit par Sarah Fryde étudiante en khâgne.

Jeudi 2 juin 2016, l’offre d’autoconsommation d’EDF a été lancée et marque une petite révolution. EDF pousse les français à fournir leur propre courant pour moins dépendre des compagnies d’électricité. Après trois ans de tests, l’entreprise publique lance une offre en ce sens appelée « Mon Soleil & Moi ».

Ampoule_EDF.png

On voyait déjà, à l’exposition universelle de Shanghai en 2010, l’apparition de l’Eco-Home (cf photo ci-dessous) : le prototype de la maison du futur, singulière par son utilisation de panneaux solaires, et ainsi autonome car productrice de sa propre énergie.

6ae6ba1e5c.jpg

Ce concept se développe jusqu’en France à travers la compagnie EDF qui souhaite aider les Français à produire leur électricité.

Une installation qui transforme le paysage urbain.

La filiale d’EDF, EDF ENR (spécialisée dans les énergies nouvelles), réalise tout d’abord un diagnostic avec les ménages intéressés pour « déterminer la meilleure dimension de l’équipement solaire nécessaire ». Elle les installe ensuite partout, sur les toits, sols, jardins… Une possibilité originale va séduire le public pour son caractère décoratif : la « smartflower », un concept qui va parfaitement s’intégrer dans le jardin.

smartflower-production-electricite-photovoltaique-autoconsommation-01.jpg

Le patron des activités vertes d’EDF, Antoine Cahuzac, précise que ce sont « des panneaux made in France, fabriqués par notre filiale Photowatt ». En plus des panneaux solaires, des batteries de taille importe sont installées : elles stockent le courant produit par les panneaux solaires pour l’utiliser de façon décalée. La batterie dure 10 ans et les panneaux 30. Le coût total de l’installation avec batterie est égal environ à 17.000 euros. « Une facture amortie en 10 ou 15 ans », selon la société.

Une révolution contre-nature pour l’entreprise ?

Cette avancée marque une révolution pour EDF, une entreprise connue dans le nucléaire et pour l’utilisation maximale d’électricité : « La voici désormais qui vante tout l’inverse : l’énergie solaire, la production au plus près des besoins, la sobriété énergétique ». Mais inciter les français à acheter moins de courant peut sembler contre nature pour EDF. Antoine Cahuzac s’en défend : « Ce qui serait contre nature, ce serait d’ignorer l’émergence de l’autoconsommation, qui répond à une demande profonde des Français. (…) C’est un élément de plus au service de la transition énergétique. » « Et puis si EDF ne le fait pas, ce sont ses concurrents qui le feront » note Richard Loyen, délégué général du syndicat des professionnels du solaire Enerplan. « Assez discrètement Engie, le grand rival français d’EDF a d’ailleurs lancé lui aussi, une offre de ce type, dénommée My Power ».

En France quelques 350.000 maisons sont équipées de panneaux solaires et le nombre ne cesse de croître. « Le prix des panneaux a chuté, explique A.Cahuzac. Le coût de l’électricité obtenue à partir de ce type de modules a été divisé par 4 en 4 ans, et le mouvement va se poursuivre. La technologie devient de plus en plus compétitive. (…) Cependant 90% des particuliers ne consomment pas l’énergie ainsi produite Ils préfèrent la revendre à EDF, qui est obligée de l’acheter à un tarif élevée, subventionné par l’Etat. Pour leurs besoins, ils avaient jusqu’à présent intérêt à s’alimenter comme tout le monde chez EDF ou chez l’un de ses concurrents, à un prix inférieur ». « Mais le tarif de rachat de l’électricité solaire (…) ne cesse de baisser, à mesure que les Français s’équipent. (…) Au total revendre le courant à EDF perd de son intérêt. De plus en plus de particuliers sont tentés par une solution alternative, sans subvention : l’autoconsommation. Ils peuvent alors poser les panneaux sur les toits ou ailleurs sans travaux d’étanchéité ni frais de raccordement et utilisent eux-mêmes le courant. Certains produisent 15%,20%,30% de leurs besoins tout en achetant à EDF ou ailleurs le complément d’électricité qui leur est propre. » « Ils économisent ainsi du courant qu’EDF vend à 16 centimes du kilowattheure, et c’est rentable, explique Grégory Lamotte, le fondateur de Comwatt. Et plus EDF augmentera ses tarifs de vente comme il le souhaite, plus consommer sa propre électricité deviendra économiquement justifié ». « Les particuliers ont déjà intérêt à produire eux-mêmes leur courant dans la partie la plus ensoleillée de la France, estime Antoine Cahuzac. Ce sera le cas pour toute la partie au sud de la Loire, d’ici cinq à sept ans, et pour le Nord du pays à l’horizon de 10 ou 15 ans. »

Quel avenir ? Des prévisions mitigées.

Même si cette décision présente une avancée importante, ses retentissements économiques sont encore limités. A l’avenir, EDF pourrait équiper 3.000 maisons par an : pas de quoi menacer l’activité des centrales nucléaires. Contrairement à EDF, chez Enerplan, le délégué-général R.Loyen est persuadé que : « l’autoconsommation va décoller, comme c’est déjà le cas en Allemagne, où elle représente 2,5% de l’électricité ». Pour lui, la baisse attendue du prix des batteries devrait contribuer à accélérer ce mouvement.

Source : « EDF veut aider les Français à produire leur propre électricité » - Denis Cosnard – Le Monde Vendredi 3 juin 2016.


Retourner sur le site ibicity
Retourner sur le blog ibi blog