En attendant sa publication dans la revue papier, Esprit publie sur son site internet un article qui constitue une version problématisée de notre étude sur les nouveaux modèles économiques urbains.

capture_esprit.jpg

Extrait :

Jamais, écrivions-nous en introduction, les opportunités pour les villes de repenser leur offre de services aux usagers - à moindre coût pour elles - n’ont été aussi élevées. En réalité, c’est une opportunité mais surtout une nécessité. Car les collectivités se trouvent de plus en plus concurrencées sur l’offre de services urbains, et si elles ne le font pas, non seulement d’autres opérateurs s’en chargeront à leur place, mais en plus cela fragilisera d’une part les villes elles-mêmes, qui n’auront plus les moyens de financer leurs propres infrastructures « de base », et par ricochet également les nouveaux opérateurs qui ont souvent besoin de ces infrastructures de base pour proposer leurs services.

Pour tirer parti des mutations majeures qui s’opèrent et se protéger de leurs effets possiblement néfastes sur leurs finances ou la qualité du service, les collectivités doivent repartir des fondamentaux et notamment d’une vision claire du périmètre du service public. Elles doivent se mettre en capacité de décider de façon dynamique ce qu’elles veulent « gouverner » et comment elles veulent y décliner les principes de continuité, d’égalité d’accès et de mutabilité qui caractérisent le service public en le distinguant des autres formes de services urbains. Qu’ils relèvent de la régulation (urbanisme réglementaire…), de la facilitation (certification, positionnement comme tiers de confiance…), de la gestion d’actifs (mise à disposition du domaine, des infrastructures ou de données), du développement de formes rénovées de relations public-privé, les leviers sont nombreux. Encore faut-il que les collectivités les activent.


L'article est consultable in extenso ici.

A lire également nos précédents billets :
- la synthèse de notre étude sur les nouveaux modèles économiques urbains : ici
- notre précédent article dans la Revue Esprit sur "La nouvelle privatisation des villes" : ici


Retourner sur le site ibicity
Retourner sur le blog ibi blog