Nous avons à plusieurs reprises rappelé l'importance du stationnement dans l'économie des projets d'aménagement ou des projets immobiliers. Le graphique ci-dessous montre également son importance pour les aéroports, et le risque d'une baisse des revenus associés.

airport.jpg

Une menace encore plus grande, en particulier en Amérique du Nord, est le revenu des parkings, qui représente les deux cinquièmes des revenus non aéronautiques à travers le continent et les concessions de location de voitures, ce qui représente un cinquième. Dans les aéroports européens, les proportions sont respectivement de 20% et 3% (voir graphique). Ces entreprises sont perturbées par les applications de type Uber et Lyft, qui rendent le voyage en taxi plus abordable par rapport à la location ou au stationnement d'une voiture à l'aéroport. Au cours de la dernière année, les revenus tirés du stationnement ont été inférieurs aux budgets prévus jusqu'à un dixième, selon les responsables de l'aéroport, et l'année prochaine ils s'attendent à des résultats pires. Beaucoup d'aéroports ont d'abord tenté d'interdire les voitures d'Uber et de Lyft dans leurs rangs de taxis, mais les conducteurs ont trouvé un moyen de contournement, dans certains cas en prenant les passagers dans les maisons voisines. Maintenant, d'autres permettent à Uber et à Lyft d'utiliser leurs installations.

La direction probable de la nouvelle technologie et de la réglementation environnementale continuera à saper les revenus provenant du stationnement et de la location de voiture, estime Francois-Xavier Delenclos de BCG, un cabinet de conseil. Étant donné que les aéroports doivent atteindre les objectifs locaux de pollution atmosphérique, ils décourageront les passagers d'utiliser des voitures équipées de moteurs à combustion interne. Heathrow, par exemple, veut que la part des passagers utilisant les transports en commun atteigne l'aéroport pour passer de 41% à 55% d'ici 2040; De nombreux aéroports américains ont des objectifs similaires. Même l'adoption de voitures électriques auto-conduisant offrira peu de répit. Après avoir quitté les passagers, ils pourront se rendre à la maison.

Source : Losing altitude - The Economist - August 12th 2017. (traduction corrigée d'après Google Translate)



A lire également nos précédents billets sur le stationnement :
- Maires des grandes villes du monde, ne laissez pas les habitants se garer gratuitement
- Villes fantômes en Chine... (avec mention d'article sur la nouvelle économie du stationnement)

Texte en version originale

Under even greater threat, especially in North America, is income from car parks, which makes up two-fifths of non-aeronautical revenues across the continent, and car-rental concessions, which brings in a further one-fifth. At European airports the shares are 20% and 3% respectively (see chart). These businesses are being disrupted by ride-hailing apps, mainly Uber and Lyft, which make travel by taxi more affordable compared with renting or parking a car at the airport. In the past year, revenues from parking have fallen short of forecast budgets by up to a tenth, airport managers say, and next year they expect worse results. Many airports at first tried to ban Uber’s and Lyft’s cars from their taxi ranks, but drivers found a way round it, in some cases picking up rides from nearby houses. Now more are allowing Uber and Lyft to use their facilities.

The likely direction of new technology and environmental regulation will continue to sap revenue from parking and car hire, reckons Francois-Xavier Delenclos of BCG, a consultancy. Because airports must meet local air-pollution targets, they will discourage passengers from using cars with internal combustion engines. Heathrow, for instance, wants the share of passengers using public transport to reach the airport to increase from 41% to 55% by 2040; many American airports have similar targets. Even the adoption of electric self-driving cars will offer little respite. After dropping off passengers, they will be able to take themselves home.



Retourner sur le site ibicity
Retourner sur le blog ibi blog